L’orgue avant 1944

Historique des orgues de la cathédrale de SAINT-DIE   .

L’orgue primitif.

Il est fait mention dans les archives d’un premier orgue qui aurait été installé dans la collégiale en 1488, sous l’impulsion du grand prévôt Didier de Birstof. Jean Herbin en fut l’organiste. Il demeura à ce poste jusqu’en 1525, apportant à SAINT-DIE plusieurs traités sur la musique médiévale. Ces manuscrits sont aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale. Cet instrument fut anéanti dans le grand incendie du 6 juillet 1554.

L’orgue HUMBERT 1571 / 1797

Un second instrument composé d’une vingtaine de jeux a été installé en 1581, mais sa construction aurait débuté en 1571. Probablement placé en nid d’hirondelles à l’origine, cet instrument fut déplacé en 1651/53 au fond de la nef et profondément transformé par Charles Beaudran. Pourtant les chroniques d’Etival précisent que l’orgue du chapitre de SAINT-DIE fut construit par BRUNO, religieux de l’abbaye d’Etival. Celui-ci venait de poser un orgue neuf dans l’abbatiale d’Etival si réussi que le chapitre de SAINT-DIE en aurait commandé un. En 1664, le facteur TASCHET répara l’instrument et aurait construit un instrument pour la petite église jouxtant le cloitre.

L’instrument fut profondément modifié dans les années suivantes par Jean HUMBERT, facteur à Vézelise, et Estienne MENGIN, menuisier, qui ajoutèrent un positif à trois tourelles et agrandirent le grand orgue avec un ajout de deux tourelles latérales. Les buffets furent reçus en 1687 et l’instrument en 1688. Lors de la construction de la nouvelle façade vers 1712, l’orgue fut démonté puis remis sur une nouvelle tribune. L’instrument fut vendu le 19 vendémiaire de l’an V (10 octobre 1797) à François Olivier, ferblantier à SAINT-DIE pour 1480 livres…

 

Composition de l’orgue HUMBERT (selon le marché du 27 février 1686) :

POSITIF DE DOS :

Bourdon 8 – Montre 4 – Nazard 2 2/3 – Doublette 2 – Tierce 1 3/5 – Fourniture 3 rangs – Cimbale 2 rangs – Cromhorne 8 – Voix humaine 8. 

GRAND-ORGUE :

Bourdon 16 – Montre 8 – Bourdon 8 – Prestant 4 – Flutte douce 4 – Grosse tierce 3 1/5? – Nazard 2 2/3 – Doublette 2 – Petite tierce 1 3/5 ? – Flageolet 1 – Cornet 5 rangs – Fourniture – Cymbale – Trompette 8 – Clairon 4.

 ECHO : Cornet 5 rgs .

PEDALE : Flûte 8 – Trompette 8 .

Accouplement I / II à tiroir

 

L’orgue de 1806 à 1944. 

 En 1803, le conseil municipal de SAINT-DIE demanda au préfet de lui attribuer le plus grand orgue vosgien afin de « regarnir » la tribune vide depuis 1797. Il s’agissait de celui de Moyenmoutier, construit vers 1776/77 par un facteur inconnu. L’instrument était un grand seize pieds de 36 jeux sur 4 claviers et pédalier. Le préfet accéda à cette requête le 24 novembre 1803. La tribune de la cathédrale fut modifiée pour soutenir l’instrument. Ainsi, malgré l’opposition des habitants de Moyenmoutier, l’orgue fut démonté par Grégoire RABINY, facteur à Epinal, et par François CALLINET de Rouffach. L’instrument fut transporté de Moyenmoutier à Saint-Dié puis remonté après avoir rogné le décor du grand-orgue pour le faire tenir sous les voûtes de la cathédrale. Plus tard, la municipalité de Moyenmoutier fit reconstruire un nouvel orgue dont le buffet était la copie de l’ancien.

cathedrale orgue AVD 04     cathedrale orgueAVD 03

En 1835, la tribune de la cathédrale fut à nouveau modifiée. Les deux piliers encore visibles actuellement datent de cette époque. L’orgue fut donc à nouveau démonté puis remonté en 1836/37 par Jean Baptiste GAVOT, facteur d’orgue à Bourbonne les Bains. Vers 1845, il fut envisagé de transformer profondément l’instrument. Un premier devis de Jean Nicolas JEANPIERRE proposait de porter l’étendue des claviers à 55 notes et d’ajouter une gambe, un salicional et une flûte de 16 pieds. Un autre devis proposé par Nicolas Antoine LETE était plus ambitieux. Il s’agissait d’installer des soupapes isopneumes, système inventé par son contremaître Orelle. Enfin Marie Pierre HAMEL rédigea un troisième devis portant sur le renouvellement de la soufflerie, des sommiers et de 19 jeux.

En 1852, aucun projet ne semblant aboutir, l’évêque de Saint-Dié commanda un petit orgue d’accompagnement à Jean Nicolas JEANPIERRE. L’instrument fut placé derrière la maitre-autel.

Composition de l’orgue de chœur de 1852 :

Clavier manuel de 54 notes, buffet sans tuyau apparent. Bourdon 8, Flûte 8 , Gambe 8 , Prestant 4 , Flûte 4 , Doublette 2 , Trompette 8 .

Ce n’est qu’en 1857 qu’un nouveau devis fut proposé par Jean Nicolas JEANPIERRE. L’orgue de la tribune fut porté à 42 jeux sur 3 claviers et une machine Barker fut installée.

Lucien Noël, organiste titulaire nommé en avril 1897, élève de l’école Niedermeyer, demanda un nouvel agrandissement qui fut exécuté par la maison JAQUOT en 1909. Six jeux nouveaux furent ajoutés, la tuyauterie fut mise au diapason moderne, la pédale complétée à 30 notes, et l’ensemble fut réharmonisé par Delacroix, ancien élève de Cavaillé-Coll. Il fut inauguré à Noël 1909. C’est cet instrument qui fut anéanti le 9 novembre 1944.

Composition de l’orgue après 1860. (Donnée par Olivier Douchain.)

POSITIF DE DOS  – 54 notes GRAND-ORGUE – 54 notes
Bourdon 8 -Flûte harmonique 8 – Salicional 8 -Unda Maris 8 – Prestant 4 – Flûte à cheminée – Doublette 2 – Plein jeu 3 rgs – Trompette 8 – Cromorne 8 . Montre 16 – Bourdon 16 – Montre 8 – Bourdon 8 – Viole de gambe 8 – Prestant 4 -Flûte à cheminée 4 – Flûte octaviante 4 – Nazard 2 2/3 – Doublette 2 – Cornet 5 rgs – Fourniture 4 rgs – Cymbale 3 rgs – Bombarde 16 – Trompette 8 – Clairon 4 –
RECIT EXPRESSIF – 54 notes PEDALE – 25 notes
Bourdon 8 – Flûte traversière 8 – Viole de Gambe 8 – Voix céleste 8 – Flûte octaviante 4 – Cornet 5 rgs – Basson hautbois 8 – Voix humaine 8 – Cor anglais 8 Violon 16 – Soubasse 16 – Flûte 8 – Violoncelle 8 – Flûte 8 – Bombarde 16 – Trompette 8 .

 

 

Composition de l’orgue entre 1919 et 1944.

Selon un relevé de Philippe Hartmann, donné par Olivier Douchain. )

POSITIF DE DOS – 54 notes

GRAND-ORGUE – 54 notes

Bourdon 8 -Flûte harmonique 8 – Salicional 8 -Unda Maris 8 – Prestant 4 – Flûte à cheminée – Doublette 2 – Plein jeu 3 rgs – Trompette 8 – Cromorne 8.

Montre 16 – Bourdon 16 – Montre 8 – Bourdon 8 – Viole de gambe 8 – Prestant 4 -Flûte à cheminée 4 – Flûte octaviante 4 – Nazard 2 2/3 – Doublette 2 – Cornet 5 rgs – Fourniture 4 rgs – Cymbale 3 rgs – Bombarde 16 – Trompette 8 – Clairon 4 –

RECIT EXPRESSIF – 54 notes PEDALE – 30 notes
Quintaton 16 – Bourdon 8 – Flûte traversière 8 – Viole de Gambe 8 – Voix céleste 8 – Flûte octaviante 4 – Octavin 2 – Cornet 5 rgs – Basson 16 – Trompette 8 – Clairon 4 – Basson Hautbois 8 – Voix humaine 8 – Cor anglais 8.

Violon 16 – Soubasse 16 – Flûte 8 – Violoncelle 8 – Flûte 8 – Bombarde 16 – Trompette 8 – Clairon 4.

L’orgue fut détruit en 1944 lors du dynamitage de la cathédrale et reconstruit 64 ans après.

nef detruite 4       nef detruite 3

Orgue KERN 1966 /

orgue choeur 01     Choeur clavier

En attendant que le grand orgue soit reconstruit au titre des dommages de guerre, un petit instrument portatif d’Alfred Kern, monté sur des roulettes, a été installé dans le choeur :

Composition de l’orgue KERN :

Clavier manuel – 54 notes / Pédale accrochée – 30 notes.

Bourdon 8 – Montre 4 – Flûte à cheminée 4 – Doublette 2 – Fourniture 3 rangs.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s