La Croix aux Mines

Cliquez ici pour vous retrouver dans les airs : La Croix aux Mines vu d’avion

Le premier orgue de l’église Saint Nicolas de La Croix aux Mines date de 1824. Il fut érigé par Augustin CHAXEL, facteur natif de Fraize puis établi à La Croix aux Mines. L’instrument devait comporter à l’origine 16 registres répartis sur un clavier manuel de 54 notes et un pédalier de 13 notes. Il souffrait vraisemblablement de défauts congénitaux, et ni les facteurs de seconde zone ou les grandes maisons n’ont pu ou voulu y remédier. Déjà en 1844, du vivant même de Chaxel, Adam Blum, un facteur ambulant (!), se voit confier quelques menues réparations. En 1875, la maison JAQUOT-JEANPIERRE supprime plusieurs jeux, le curé ayant décidé de vendre ces ” vieux tuyaux d’orgue composés en moitié de plomb, moitié étain…”

En 1899, le buffet fut peint par Reder, de Saint-Dié. En 1898, Théodore Jaquot estime que l’orgue est dans un tel état qu’il est préférable de le remplacer par un neuf. Des travaux sont entrepris, l’ouvrier A. Jessel écrivait qu’il avait changé le clavier et qu’il avait retiré de l’orgue les deux jeux de trompette et la flûte 4.

En 1923, Edmond-Alexandre Roethinger, facteur à Strasbourg, est intervenu sur l’orgue et a installé plusieurs jeux gambés de huit pieds. En 1961, la maison Roethinger fut à nouveau consultée et estima les réparations à 12 000 francs. Le conseil municipal renonça à faire réparer l’orgue et décida, en 1964, d’acheter un petit orgue de chœur.

Depuis ce moment là, l’orgue de la tribune fut laissé à l’abandon, et les tuyaux disparurent petit à petit, pillé ou vandalisé… Une association a été créée pour faire restaurer l’instrument, témoin très attachant de l’artisanat vosgien au début du XIX° siècle. L’orgue a été classé monument historique et restauré par Laurent PLET, facteur à Troyes, en 1993.

Composition d’origine (reconstituée à partir des archives et des sommiers ) :

Grand orgue . 54 notes

Pédale. 13 notes

Bourdon 16 – Montre 8 – Bourdon 8 – Prestant 4 – Nazard 2 2/3 – Doublette 2 – Tierce 1 3/5 – Cornet 5 rgs – Fourniture – Cymbale – Trompette 8 – Clairon 4

Bourdon 16 – Flûte 8 – Flûte 4 – Trompette 8

Composition de l’orgue entre 1923 et son démantèlement (selon les porcelaines de la console ) :

Grand orgue  – 54 notes

Pédale – 13 notes

Bourdon 16 – Montre 8 – Bourdon 8 – Salicional 8- Gambe 8 – Voix céleste 8 – Flûte 4 – Nazard 2 2/3 – Doublette 2 – Tierce 1 3/5

Bourdon 16 – Flûte 8 – Flûte 4

L’orgue actuel possède 15 jeux répartis sur un clavier manuel et un pédalier de 13 notes. La transmission de notes et des jeux est mécanique. Lire l’article de Laurent PLET sur la restauration de cet orgue .

Grand-Orgue . 54 notes C1-F5

PEDALE
13 notes C1-C2
avec une tirasse amovible

Montre 8′ – Prestant 4′ – Cornet V – Bourdon 16′ – Bourdon 8′ – Nazard 2′ 2/3 – Doublette 2′ – Tierce 1′ 3/5 – Fourniture – Cymbale – Trompette B et D .

Soubasse 16′ – Flûte 8′ – Flûte 4′ – Trompette 8′

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le buffet ne présente que peu d’analogies avec les buffets Chaxel conservés en Alsace (Alternach, Bischwiller, Limersheim, Saint Pierre Bois ). Il ressemble plus au buffet de l’orgue d’Allmannsweier, dans le pays de Bade, construit par Blaise CHAXEL en 1804. On y retrouve le petit Oberwerk au dessus de la tourelle centrale, et le style de décoration est quasiment semblable pour les deux meubles.

____________________________________

Il existe également un petit orgue installé dans le chœur. Il s’agit d’un orgue Roethinger, acheté par la commune en 1964. Posé à même le sol, le meuble est en sipo et les tuyaux de façade sont en étain.

Composition :

  • Clavier manuel (56 notes) : Bourdon 8, Prestant 4, Flûte à cheminée 4, Doublette 2, Plein jeu 3 rgs.
  • pédale (30 notes) : soubasse 16 jamais posée…
  • La transmission est mécanique et la tuyauterie entièrement de Roethinger