Coup de gueule déodatien

 

Coup de gueule…

Certes l’orgue sert à accompagner le culte. Mais, quitte à heurter certaines personnes, ce n’est pas sa seule et unique destination, d’autant que ces instruments sont très souvent supportés financièrement par l’Etat ou les collectivités locales, c’est à dire par l’impôt, faut-il trivialement le rappeler et même si  cela peut déplaire aux organistes en place ? C’est un cas quasiment unique dans le monde des instruments de musique.

L’orgue ne doit pas être considéré comme un instrument « religieux ». Il a une place dans le monde de la Culture. Des associations ont vu le jour pour canaliser les bonnes volontés et développer des manifestations qui permettent à l’orgue de retrouver sa véritable place.

Mais pour encourager les jeunes à se tourner vers cet instrument, pour former les organistes de demain, il faut que ces instruments soient accessibles. L’apprentissage de cet instrument passe par la possibilité de jouer « in situ ».  depuis la disparation de Claire Gauthier, il n’y a plus de professeur au conservatoire de musique alors qu’il existe des instruments pour étudier.

Mais l’accès à une tribune s’assimile trop fréquemment à un parcours du combattant. Tout cela n’est qu’évidence, mais une évidence parfois mal partagée par ceux qui en sont les affectataires ou titulaires. C’est le cas à Saint-Dié.

Ces instruments ne doivent pas rester silencieux. Les organistes professionnels et non professionnels – ils ne sont pas tous « premier prix de conservatoire » – sont là pour les faire vivre, soutenus par les affectataires et les autorités locales. Une association autour de l’orgue de la cathédrale de SAINT-DIE permettrait de faire vivre autrement ce magnifique instrument.

Dominique Colin.

STD quoirin 07

Publicités